LIVRE ANCIEN - Livre d'occasion


page 17

Livre ancien 17 Nouvelles Hébrides
Freddy Drilhon en compagnie de deux indigènes. Réveil Douze heures plus tard. Le village s'éveille alors que le soleil est déjà haut dans le ciel. Denyse et Michel dorment encore. Pour ma part, gêné par les puces, je me suis levé suffisamment tôt pour constater que les gens d'Amok ne sont pas matinaux. J'erre autour des cases sans but précis et. surtout, sans oser m'éloigner dans la brousse. Je photographie quelques statues de bois, un cochon à dents recourbées qui passe par là. et j'attends Bientôt, une à une, les formes de la veille sortent des • gantais'. Aucune femme, aucun enfant. (Des femmes, nous n'en avons d'ailleurs pas encore vu.) Une demi-heure plus tard. Denyse et Michel sont debout, après avoir passé une nuit reposante... disent-ils. La veille, il est vrai, notre fatigue était telle que nous aurions pu dormir dans n'importe quelles conditions. Nous trouvons tout de même très dur de n'avoir pas d'eau pour nous rafraichir le corps et c'est dans un état assez pitoyable que nous partageons, à l'invite du • poison-man ), des ignames et des taros cuits dans la cendre des feux de notre habitation. Les vêtements imprégnés collent au corps ; nos mains sont crasseuses. Tout a changé ce matin. A l'encontre de la veille, nous ne sommes plus surveillés et c'est à peine si l'un ou l'autre des vieillards du gainai s'inquiète de ce que nous faisons. Puis. Kali. qui avait disparu au cours de la nuit, réapparais et nous entraîne à sa suite. Nous découvrons alors un enclos fermé par de hautes palissades de bambou tressé, à l'intérieur duquel se trouvent quatre ou cinq petites cases. Accroupies devant chacune d'elles. des femmes édentées, laides — de vieilles sorcières, en fait —se grattent les pieds ou essuient leur nez morveux. Elles portent une longue natte finement tressée, d'une teinte lie de vin, bordée de franges très épaisses, placée tout autour do la tete à la hauteur du front et tombant bas dans le dos. Parmi elles. des enfants se roulent dans la boue à la manière des cochons Les bruyantes éructations qui saluent notre arrivée et les relents atroces qui nous heurtent l'odorat, achèvent de donner une réalité à cette vision de cauchemar. Ce c village dans le village 3 appartient en propre à Kali qui, en chef et en privilégié, possède vingt. sept femmes. Pour les avoir. il a donné aux parents de ses différentes épouses cinquante-quatre cochons à dents recourbées et deux cent seize cochons Ci-contre : Deux gamals photo- graphiés de l'intérieur d'un troisième gamal (le nôtre). ordinaires, soit deux cochons de la première catégorie et huit de la deuxième par femme. Ces femmes doivent être des jeunes filles au moment de la vente, sinon leurs valeur-cochon > baisse considérablement. L'enfant malade. Un blanc est très rarement admis chez les femmes • Big-Narnhas P. Comme nous nous interrogeons sur la faveur inattendue qui nous échoit, Kali donne le mot de l'énigme en demandant à Michel, qui marche juste derrière lui, de soigner un enfant. son fils dit-il, qui a la fièvre... J'ai toujours observé que les primitifs ont des sentiments paternels d'une délicatesse étonnante. Cette impression, qui, jusqu'ici, ne s'était jamais démentie. se confirme aujourd'hui de façon éclatante : les gens inquiétants que trous devons être dans l'esprit des • Big-Nambas 3 son: devenus cul qui guérissent — peut-être — parce qu'un garçonnet souffre dans sa case, sous le regard impuissant de • Un cochon à dents recourbées. (Photo prise dans la petite hutte où le cochon est d'abord surveillé avant d'être lâché en liberté autour des cases.) • son père. Pourtant, en faisant a examiner son enfant, Kali risqu sorciers, plus puissants encore q soudeur., avant tout, de préserver Mais nous ne sommes pas r reus,ment, et la comédie que no d'imaginer pour ne pas contrarier • Big-Nambas • est particulièremc se met néanmoins au travail en a possible le malheureux petit être tremble de tous ses membres sous fièvre ardente, D'autres enfants aussi sont r garçons couverts de plaies purt de conjonctivite argués, attirent n4 Quelle peine de ne pouvoir les longuement! Coutumes soda Chez les • Big-Nambas • qui ci certains rapports. à l'âge de pi des sexes est totale. Femmes t dans leurs cases respectives. Le visite aux femmes, mas ne ciras compagnie. Dans les îlots échelonnés le I Malekula où la vie sociale a be contact des missions, cette cc 20
Revenir à l'acueil Sommaire du livre Nature