LIVRE ANCIEN - Livre d'occasion


page 17

Livre ancien 17 Nouvelles Hébrides
Une place de danse vue à travers les tambours de guerre. Michel devant notre gamal. (Il pleuvait quand cette p CHEZ LES BIG—NAMBAS DES NOUVELLES—HéBRIDES LE VILLAGE D'AMOK ET SON CHEF Par FREDDY DRILHON Biter, village déserté. Aux approches d'un banian énorme dont les racines se multiplient et s'étendent dans la brousse d'une manière incroyable, le guide désigne de sa main tendue une sorte de couloir qui se faufile à la base de l'arbre. C'est l'entrée de Biter, village qui précède de peu celui d An,ok. Nous nous rapprochons du but, nos coeurs battent, non pas de crainte, mais d'un peu d'appréhension. Inutile de dramatiser. Ni le décor tourmenté où nous cheminons, ni le bourdonnement sourd des tambours dont la foret est pleine, ne nous effraient. D'ailleurs, nous n'aurions pas le choix de poursuivre ou non notre route car, dans un moment, le guide disparaîtra dans la brousse. La journée touche à sa fin et bien avant que la nuit ne tombe, notre compagnon aura le soin de se mettre à l'abri, pour ne pas rencontrer la esprits. bons ou mauvais, qui hantent la fora. Le Canaque croit aux esprits et son existence est dominée par ses superstitions. Tremblements de terre, éruptions volcaniques, cyclones relativement fréquents (en fait, il y a plusieurs tremblements de terre par vingt-quatre heures sur l'ensemble des îles) sont autant de manifestations d'êtres maléfiques devant lesquelles il s'agenouille, frappé de stupeur. La hantise de déplaire aux esprits l'étreint continuellement. Pour apaiser ceux-ci, il les comble d'offrandes et respecte d'innombrables tabous. C'est en éprouvant un certain malaise, que nous pénétrons dans Biter, dont la ruelle principale est bordée de hautes cases aux cloisons épaisses. Leur type, qui nous était inconnu quelques instants I) Voir le numéro précédent de Science) et t'ornaauparavant, diffère totalement de tout ce que nous avons pu voir jusqu'à présent en Polynésie et en Mélanésie. Comme nous reviendrons sur le sujet. ne nous attardons pas aux habitations de Biter. D'ailleurs, le village est privé de vie. Pour une raison inexplicable, ses habitants l'ont fui pour disparaître au plus profond de la jungle, laissant là taros et ignames cuire dans la cendre. Une vague odeur de pourriture emplit l'air. Les dents magiques. Biter touche Amok et, à travers l'écran feuillu. nous ne tardons pas à distinguer de minces colonnes de fumée qui montent en spirales nombreuses, avant de trouver un passage dans le toit de la forêt pour s'échapper enfin. Les cases apparaissent ensuite, moins distinctement, et semblent s'éparpiller librement. Mais ce n'est qu'une impression car, en réalité, les villages s Big-Nambas s sont ordonnés selon un plan élaboré par les anciens, avec leurs endos — les uns réservés aux femmes, les autres aux hommes — leurs postes de guet et leurs palissades de bambous destinées, non seulement à écarter tout ennemi possible, mais aussi les cochons à dents recourbées. Les cochons à dents recourbées représentent, en effet, une grande valeur aux yeux des Canaques néo-hébridais, e Big-Nambas • et autres. Quand ils sont jeunes, on leur arrache les canines de la mâchoire supérieure. Le résultat de cette opération est que les deux canines inférieures, n'étant plus usées par le frottement normal contre les autres, se développent en grosseur et surtout en une longueur parfois incroyable. Elles se retournent sur elles-mêmes une première fois et, beaucoup plus rarement,une deuxième fois (I). L'opé qu'avec les cochons mâles. Let Canaques règlent leurs d et, en fait, toutes leurs transat dents. Enfin, ce:les-ci permette membres des sociétés secrètes d plus élevés. Des guerriers nous Notre venue ne surprend peu d'Amok qui, sur la place où n file, continuent de parler et de paisiblement la suite de l'a homme s'adresse à toutes les tri transmettant, à coups redoublé message qui annonce la visite . Ereintés après un effort qui dant plus de six heures, nous à la base d'une hutte, sous le vi pièce de bois qui, telle une figu au sommet de la constructif commence un spectacle qui no qu'il nous inquiète, tant son dé. incertain. De plus, le Canaque qui no choisit ce moment précis po ne devions jamais le revoir.) Des guerriers armés d'arcs et partout à la fois et. formant sommes le centre. s'immobilis des leurs. Celui-ci, muni d .(.1) Dore. tous unes dépkennents dons o vo el une leu:, dent à deux tour, offineee Que rem de liot de A•clUe deicre une • non tour.
Revenir à l'acueil Sommaire du livre Nature