LIVRE ANCIEN - Livre d'occasion


p 289 Us et Coutumes du monde - Article consacré à BUENOS AIRES

289
Page 379 : p 379

Un Quadrillage

Le plan de Buenos-Aires est à son départ un plan géométrique bien régulier : la ville est divisée en carrés d’environ cent vingt-huit mètres de côté, correspondant à une mesure ancienne, la "cuadra". Demandez votre chemin à Buenos-Aires et on vous dira par exemple « Continuez pendant tant de cuadras; puis prenez à droite ou à gauche pendant tant de cuadras, etc... ", (Un peu comme à NewYork avec les blocks.)
Mais ce plan géométrique ne s’est pas poursuivi avec une rigueur absolue, et,en s’éloignant du centre on voit les rues s’infléchir dans un sens ou dans un autre. Rien là d’illogique; on a voulu, apparemment, que les rues aboutissant au Rio soient perpendiculaires au rivage. Mais le principe des cuadras règne partout, sous réserve de quelques assouplissements. Et il en est de même, au surplus, dans toutes les villes de l’Argentine.
De cette division cri carrés semblables, résulte matériellement une certaine monotonie ; aussi bien, et même si l’on tient compte de l’effort considérable et très intelligent, accompli actuellement dans, le domaine de l’urbanisme, élargissement des voies, tracés de parcs, constructions d’édifices publics, le charme de Buenos-Aires ne réside guère dans le pittoresque du tracé ou l’intérêt des architectures. II est essentiellement dans la vie même de la grande cité et alors là il me paraît inépuisable.

Crioflos et portenos.

Quand, il y a trois mois, je suis arrivé à Buenos- Aires avec les miens, nous n’avons eu personne pour nous accueillir et nous guider, dans la ville, si bien que nous avons eu le plaisir de découvrir seuls tout ce qui pouvait exciter notre curiosité et notre intérêt. C’était un dimanche ; un taxi nous avait amenés du port dans un hôtel de l’Avenida de Mayo, choisi bien au hasard.
C’est bien naturellement que nous fûmes attirés d’abord par les devantures remplies de ces objets « criollos" destinés aux touristes. Ici une précision. Le mot crioilo dont les dictionnaires donnent comme traduction créole s’est appliqué primitivement aux individus nés en Argentine de parents espagnols plus tard on l’a étendu à tous ceux nés en Argentine. Une coutume : criolla s, un objet « criollo », c’est aujourd’hui une coutume, un objet scientifiquement argentins. Le mot port eno s’applique, en outre, aux gens et aux choses de Buenos- Aires.
Dans ces devantures donc, nous avons reconnu toutes ces choses que nous ne connaissions que par oui-dire. D’abord le mate, petite gourde noire où Un quadrillage.

380 LA NATURE.
Nature Page suivante : p381

Aller aux pages du livre ancien LA NATURE